Sélectionner une page

STÉRILISATION CHEZ LE CHAT :

quelles conséquences sur sa santé et son comportement ?

Par le Docteur Vétérinaire Stéphane Tardif

La stérilisation, c’est l’acte qui consiste à empêcher l’animal de se reproduire. C’est une décision importante, un choix qui amène souvent bien des questions dans la tête des propriétaires. Il n’est pas toujours évident d’avoir les réponses que l’on souhaite, car c’est un sujet polémique avec parfois des positions qui s’opposent. Voyons quelles sont les différentes options de stérilisations, et leurs avantages/inconvénients, tant sur le plan de la santé que du comportement.

Pourquoi stériliser mon chat ? 

L’une des premières raisons de ce choix est liée à la capacité du chat à se reproduire très vite. Or, le chat a souvent un accès à l’extérieur, avec des populations de chats urbaines très denses. La majorité de nos félins se reproduisent non pas en élevage, mais dans la rue, et à un rythme effréné ! Il faut en effet plus de 50% des femelles stérilisées pour qu’à minima, la population de chats errants n’augmente pas. C’est pourquoi on recommande souvent de les stériliser à partir du moment où ils sortent, sans quoi votre foyer peut vite devenir un élevage de chats ! 

Les raisons souvent évoquées qui motivent la stérilisation d’un chat, sont liées à la santé. En effet, la stérilisation va jouer sur les risques associés à certaines maladiesCes effets sont encore à l’étude, mais il se dégage certains consensus : 

Tumeurs mammaires 

Chez le chat, ces tumeurs sont à 90% malignes, et donc très dangereuse pour le chat. Or, on sait que la stérilisation avant les premières chaleurs diminue drastiquement le risque d’apparition de ces tumeurs, et cette baisse est déjà moins intéressante si on procède à la stérilisation après les premières chaleurs. C’est pourquoi on vise une période de stérilisation entre 6 et 8 mois, dès la maturité sexuelle.

Pyomètres 

C’est une affection de l’utérus, qui s’infecte, avec potentiellement accumulation de pus.

Il existe également des effets indésirables : les risques d’affections urinaires augmentent, ainsi que pour certaines maladies endocriniennes, comme le diabète. D’ailleurs, le risque d’obésité est important : il est très important de changer l’alimentation après la stérilisation pour diminuer la quantité de calories apportées.

Comment choisir, entre les effets positifs et les effets négatifs ? Il s’agit en effet d’un compromis, les affections que la stérilisation prévient sont plus graves. Mais il n’existe pas de solutions parfaites : il est indispensable de discuter avec votre vétérinaire, pour prendre cette décision en fonction des antécédents de votre chat.

Quelles sont les différentes options de stérilisations ? 

Elle peut être définitive, par voie chirurgicale, ou bien temporaire, par voie médicamenteuse (implant ou pilule contraceptive). La stérilisation chirurgicale est la plus couramment pratiquée. Il existe cependant plusieurs protocoles, aux conséquences secondaires différentes : 

Gonadectomie 

C’est l’acte le plus courant, qui consiste à enlever tout l’organe reproducteur (testicules ou ovaires). L’intervention est plus importante sur la femelle, puisque ses ovaires sont dans la cavité abdominale, contrairement au mâle où les testicules sont externes.

Vasectomie/ ligature des trompes 

Cet acte chirurgical consiste à bloquer les voies génitale, sans enlever les organes. L’animal est incapable de se reproduire, mais il conserve ses sécrétions hormonales liées à son appareil reproducteur (et donc potentiellement les comportements qui en découlent). Cela peut donc être indiqué si on souhaite justement éviter les conséquences comportementales liées à la stérilisation (et inversement). 

Certains chirurgiens réalisent les stérilisations par laparoscopie. C’est une méthode chirurgicale moins invasive (la plaie chirurgicale est toute petite), ce qui permet une gestion post-opératoire plus simple et moins douloureuse. 

Les techniques de stérilisation non chirurgicales sont variées. Il existe plusieurs voies médicamenteuses qui vont inhiber le cycle de reproduction, que ce soit par pilule ou par implant contraceptif. Il existe d’autres techniques plus subtiles, comme l’immunocontraception, via la vaccination contre la GnRH, l’une des hormones sexuelles. Les injections intratesticulaires ou intraépididymaires constituent aussi une méthode de stérilisation non chirurgicale du chat mâle, rarement pratiquée.

Attention à ne pas utiliser n’importe quel contraceptif ! Cela semble évident, mais il est important de préciser que ceux utilisés en humaine ne sont pas les mêmes que pour nos animaux, demandez donc toujours à votre vétérinaire d’assurer le suivi de votre animal et de vous conseiller sur les différentes options qu’il propose. 

Quelles sont les conséquences sur le comportement ? 

La stérilisation peut également être indiquée pour un motif comportemental. Chez le chat, on considère souvent les problèmes de marquage urinaire et d’agressivité. Il est donc important de comprendre comment la stérilisation peut jouer sur ces comportements, ainsi que d’éventuels effets secondaires. Le premier impact de la stérilisation est sur l’alimentation et l’activité du chat. C’est pourquoi l’obésité est un risque post-stérilisation : surveillez de près son alimentation et n’hésitez pas à passer sur un régime plus light.

Un chat stérilisé va avoir jusqu’à 20% d’activité en moins, et 20% de prise alimentaire en plus. 

Pour le chat, diluer les calories avec une alimentation humide va avoir alors l’avantage de jouer sur le poids, mais également sur l’hydratation, ce qui limitera par ailleurs les risques d’affections urinaires. 

Ensuite, les conséquences de la stérilisation sont très variables d’un chat à l’autre. Par exemple, en ce qui concerne la malpropreté, prescrire une stérilisation pour la résoudre est loin d’être efficace dans tous les cas. En effet, le chat est souvent malpropre (selon nos exigences) pour d’autres raisons que le marquage urinaire, ou des raisons liés à sa sexualité. Dans ces cas-là, non seulement la stérilisation ne va pas corriger le problème, mais elle peut venir l’amplifier. Pour résoudre un problème de comportement, il faut voir un professionnel du chat qui sera à même de prescrire la meilleure méthode pour le corriger, sans se précipiter vers des solutions trop simples.

On montre que la stérilisation a un effet systématique sur le marquage chez le jeune chat, donc suivant le contexte, cela peut marcher sur un problème de malpropreté. Mais ce qu’on observe également dans la littérature scientifique, c’est une diminution de l’espace vitale (divisé par 3) : globalement, il y a donc moins de risque d’agressions entre chats, et d’accidents de la route. D’une manière générale, un chat stérilisé va être moins actif, moins téméraire et explorateur, et plus craintif. 

Ainsi, en cas de problème de comportement avec votre chat, il est conseillé de pratiquer au moins une visite avec un comportementaliste, capable de vous indiquer si la stérilisation peut être intéressante ou non. Elle est souvent proposée comme une solution suffisante, quand il est nécessaire de l’associer à une thérapie comportementale. Ne pensez donc surtout pas résoudre un problème de comportement uniquement par la stérilisation, c’est le plus important à retenir.  

La stérilisation est donc un choix important à réaliser pour toute personne partageant sa vie avec des chats. Parlez-en avec votre vétérinaire, et posez les bonnes questions : pourquoi stériliser ? Quelle méthode de stérilisation me convient le mieux ? Que prévoir pour gérer les effets secondaires après la stérilisation (alimentation, activité…) ?

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *